La Programmation Neuro-Linguistique (PNL), c’est quoi ? 

Programmation Neuro-linguistique PNL

La PNL « Programmation Neuro-Linguistique » est la petite fille de l’hypnose, elle est issue de la pratique notamment de Milton Erickson mais également d’autres grands thérapeutes.

La PNL est un fragment indispensable de l’hypnose Ericksonienne, et donc définitivement une approche utilisable et utilisée dans le monde entier en thérapie comme en coaching.

Mais également par les politiciens, dans les stratégies de communication, dans les entreprises, dans les services de ressources humaines, par les vendeurs….

La PNL est utilisée dans notre communication quotidienne.

Les mots que vous utilisez (prédicats) – vos ressentis physiques (kinesthésique) – ce que vous vous dites (dialogue interne) – ce que vous imaginez (visuel) – les métaphores que vous utilisez. C’est de la PNL!

Parfois lorsqu’on évoque un souvenir commun, on a l’impression de ne pas avoir vécu la même chose que l’autre. 

« Mais non c’était comme ça! »

« Tu te rappelles pas il a dit ça! etc… »

C’est également ce qui se passe quand les forces de l’ordre demandent à plusieurs personnes de témoigner, ou de faire une description…

Les témoignages, descriptions divergent d’une personne à l’autre. 

Ces divergences de souvenir, mais également de points de vue sont liés à nos filtres internes.

A nos quoi? Je vous explique ceci un peu plus bas.

communication avec la PNL

Comment nos filtres internes modifient la réalité

les perceptions divergentes conflit

La carte n’est pas le territoire (korzybski)

Cette métaphore est au cœur de la PNL (Programmation Neuro-Linguistique).

On pourrait la traduire part : notre réalité n’est pas la réalité des autres.

Le monde représente le « territoire ».

Votre interprétation du monde est la « carte »

Pourquoi cette différence ?

Car votre cerveau a différents filtres qui vont modifier la réalité.

Ce sont ces filtres qui interviennent lors d’un fort choc émotionnel où l’on a des amnésies par exemple mais pas que.

Avez-vous déjà eu un désaccord avec un proche sur ce que vous avez entendu ? Où vous n’avez pas le même souvenir sur ce qui c’est passé?

Quelques un des filtres sont :

  le filtre de vos croyances et valeurs

  le filtre dû à votre éducation….

  les filtres qui nous permettent de généraliser, distordre ou omettre

Les filtres de notre cerveau

Ces filtres nous permettent de modifier la réalité pour qu’elle corresponde à nos croyances, valeurs, nos expériences...

Afin que la réalité soit compréhensible, acceptable

D’une expérience nous en faisons une généralité.

« Il m’est arrivé ça, il m’arrivera toujours ça… »

Ou nous omettons des éléments pour ne pas nous surcharger d’informations. « Je me rappelle pas ce que tu portais le jour de notre rencontre »

Et nous distordons par exemple quand vous pensez savoir ce que pense l’autre.

« Je sais que tu me trouves bête » alors que la personne n’a rien dit.

« Nous sommes ce que nous pensons.

Tout ce que nous sommes résulte de nos pensées.

Avec nos pensées, nous bâtissons notre monde. »

Bouddha

Retour au sommaire

 La Programmation Neuro-Linguistique « PNL » en détail:

Elle privilégie le comment au pourquoi.

Elle permet également de se fixer des objectifs et de les réaliser.

C’est une boîte à outils, dont la clé réside dans le langage et l’utilisation que chacun de nous fait de ses cinq sens et de son corps.

la PNl est une boite à outil thérapeutique

Elle est utilisée en structure de thérapie, parce que son questionnement permet d’aller rapidement au cœur des blocages des patients.

Elle permet de plus à vérifier la cohérence, et les motivations pour arriver à des solutions.

 » la PNL est un processus éducatif par lequel nous mettons en œuvre des moyens permettant aux personnes d’apprendre à mieux utiliser leur cerveau. (Apprendre à apprendre) »


Richard Bandler, un des fondateurs de la PNL (Programmation Neuro-linguistique), dans « un cerveau pour changer »

 

Bandler et Grinder ont développé la PNL (Programmation Neuro-Linguistique) en étudiant 3 thérapeutes d’exception : Milton Erickson, Fritz Perls et Virginia Satir.

Ils ont modélisé l’excellence thérapeutique.

L’objectif étant de permettre à d’autres de reproduire les schémas gagnants au sein du Mental Research Institute. (MRI) de Palo Alto (U.S.A).

Voici une vidéo de Robert Dilts qui fait partie du petit groupe de personnes à l’origine des outils utilisés de la PNL (Programmation Neuro-Linguistique).

Programmation Neurolinguistique PNL

   Programmation (principe) de Programmation Neuro-Linguistique PNL :

A partir de toutes les expériences que nous avons vécues et surtout celle de l’enfance, nous avons créé et enregistré des programmes très élaborés de fonctionnement pour penser, analyser, ressentir et nous adapter au monde.

Tout comportement est programmable, décomposable, peut être révisé.

Ces programmes varient selon les personnes et les circonstances, et ils deviennent très rapidement des automatismes.

  Neuro (support, vecteur) de Programmation Neuro-Linguistique PNL :

Chacun de nos apprentissages psychique ou physique s’imprime physiologiquement dans notre réseau neurologique.

Il n’existe aucun contenu (image, souvenir) de notre cerveau sans expérience sensorielle préalable (Visuel, Kinesthésique, auditif, gustatif).

5 sens sensoriel la base de la pNL et des sous modalité sensorielles
Expérience sensorielles

Cette capacité de nous programmer repose sur notre activité neurologique.

Celle-ci est responsable de coder nos programmes et de les enregistrer dans les neurones de notre cerveau.

C’est parce que nous possédons un système nerveux et un cerveau que nous sommes capables de percevoir notre environnement.

Mais également de penser, de ressentir et de sélectionner des comportements.

Plusieurs techniques de PNL sont fondées sur la création, la réorganisation ou la désactivation de ces programmes de pensée et de comportement.

  Linguistique (moyen) de Programmation Neuro-Linguistique PNL :

Nos programmes mentaux se manifestent à travers notre langage verbal et non verbal (expression par le corps ).

C’est notre langage qui structure et reflète la façon dont nous pensons et organisons notre modèle du monde.

Le langage est la grammaire de la pensée.

langage verbal et non verbal

Retour au sommaire

Pour atteindre vos objectifs la PNL a des présupposés utiles et efficaces.

Les présupposés expliquent comment nous fonctionnons, comment nous agissons.

Les comprendre, vous permettrons de vous accepter davantage.

Interpréter vos interactions avec les autres et votre environnement dans un objectif de développement personnel.

Les principaux présupposés de la PNL ( Programmation Neuro-Linguistique ):

Chacun vit selon son propre modèle du monde.

Nous avons tendance à penser que les autres sont comme nous.

Alors que d’après le présupposé:

« la carte n’est pas le territoire » (évoqué au début de la page), on peut dire que chacun d’entre nous à un modèle unique, interne, du monde « la carte ».

Ce qui explique l’infinie variété des comportements et des pensées.

Trois personnes peuvent regarder le même événement, lire le même livre ou manger la même chose, chacun en aura une expérience différente.

Nous pensons naturellement que notre version est la bonne, et souvent, lorsque des personnes se disputent, c’est parce que leur carte interne est différente.

Chaque carte est aussi valable que les autres.

Libérez-vous : Lorsque vous êtes en désaccord avec une personne.

Ou quand quelqu’un vous reproche quelque chose.

Et/où que vous ne comprenez pas l’autre, le reproche, la mésentente, la discorde…

Rappelez-vous que l‘autre n’a pas la même réalité que vous

Demandez-lui de vous expliquer précisément sa pensée, sa vision de la situation etc… de manière à comprendre quel est sa réalité.

Vous verrez que vos échanges, dialogues seront différents....

Retour au sommaire

Derrière tout comportement se cache une intention positive

Il est parfois difficile de comprendre pourquoi certaines personnes se conduisent de manière bizarre, voire destructive.

Qu’est-ce qui pousse quelqu’un à boire de manière excessive, à détruire ses relations avec autrui ou à agir de manière agressive ?

D’après la PNL, il y a toujours un but, une raison, une intention positive qui est à la source de nos comportements.

Exemple : certaines personnes commencent à fumer à l’âge de 14 ans, dans le but de se sentir grandes et d’impressionner leurs camarades.

Plusieurs années plus tard, pourtant, elles trouvent difficile de s’arrêter parce que, même si la situation a changé, inconsciemment le lien entre cigarette et le sentiment de se sentir grande et d’impressionner les gens reste présent.

C’est ce que l’on appelle en PNL « un ancrage ».

Parfois, l’intention positive est loin d’être évidente et c’est pourquoi elle agit, comme c’est souvent le cas, sans qu’on en ait conscience.

Lintention positive répond à un besoin de la personne :

L’intention positive derrière un comportement « agressif », par exemple, est souvent la « protection ».

Derrière la « crainte » on trouvera souvent la « sécurité ».

Et la colère sera peut-être animée par le besoin de « maintenir des frontières claires ».

Un comportement ou un symptôme particulier peut parfois servir plusieurs intentions positives.

Un fumeur peut ainsi fumer le matin pour se réveiller, la journée pour réduire son stress, se concentrer et paradoxalement pour se souvenir de respirer.

Le soir il fumera pour se détendre.

Le tabagisme sert souvent à dissimuler ou « opacifier » des émotions négatives.

Mais R. Dilts (une référence dans la PNL) souligne qu’il a constaté que parfois, fumer est l’unique chose que le fumeur fasse vraiment pour lui, pour égayer sa vie.

Si vous souhaiter plus d’information sur le tabagisme ou même arrêter, consulter l’onglet « arrêter de fumer ».

Retour au sommaire

On fait toujours le meilleur choix

Tout comportement, aussi étrange soit-il, est le meilleur choix possible pour une personne et à un instant donnés.

Compte tenu de son histoire personnelle, de ses connaissances, de ses croyances et ses ressources.

Tous ses éléments vont influencer sa propre réalité (sa carte du monde).

Vous pouvez considérer que ces comportements sont erronés, inadapté et que vous auriez certainement agi autrement dans une situation similaire.

Pourtant il y a des moments de votre vie où un autre aurait géré les choses mieux que vous.

Combien de foi vous êtes-vous reproché un comportement passé ? une décision prise ?

Ne ressassez pas un comportement ou une décision passé!

Vous avez fait ce que vous pensiez être le mieux à ce moment-là suivant vos ressources, croyances, environnement… à ce moment précis. 

Libérez-vous de vos culpabilités…

Avant de juger votre conjoint(e), ami(e), collègue, famille… n’oubliez pas que tout comportement répond à une intention positive. Libérez-vous de vos jugements…

Retour au sommaire

Plus on a de choix meilleur c’est (loi de la variété requise)

Dans une situation précise, plus une personne dispose d’une grande variété de choix de comportement, plus elle a de chance de gérer les imprévus ou les problèmes qui peuvent arriver.

Avec cette flexibilité, elle s’adaptera aux différents événements de la vie et réalisera au mieux ses objectifs.

C’est ce que la théorie des systèmes appellé « la loi de la variété requise ».

Ainsi, toute intervention, en PNL, vise à augmenter le nombre de choix possibles.

Posséder plusieurs cordes à son arc permet de faire autre chose si ce que l’on fait ne convient pas…

Un choix n’est pas un choix…

Deux choix est un dilemme…

A partir de 3 on fait un vrai choix et on a le choix …

Libérez-vous de vos comportements habituels.

Quand vous avez l’impression d’être bloqué dans une situation au lieu de vous focaliser sur la problématique, regarder autour de vous.

Ecoutez, peut-être y verrez-vous, entendrez-vous d’autres moyens d’atteindre votre objectif.

D’autres solutions, d’autres stratégies, d’autres chemins….

Pour chacun de vos objectifs qu’ils soient professionnels ou personnels étudiez les différents moyens pour l’atteindre, ça vous permettra d’avoir plusieurs cordes à votre arc si besoins.

Retour au sommaire

On ne peut pas ne pas communiquer (Bateson)

Il est évident que quand vous parlez vous communiquez.

Mais en réalité chacun de vos gestes agit sur les personnes qui vous entourent.

Vous avez déjà dû remarquer avec un de vos proches que vous êtes capable de savoir si la personne est contrariée, fâché ou heureuse sans même qu’elle est besoin de s’exprimer verbalement.

Les recherches ont montré que lors d’une conversation nous retenons 10% des paroles prononcées par son interlocuteur et 70% de ce que l’on nomme « le non verbal ».

Expression du visage, posture, ton de la voix, respiration…

Quand on ne s’exprime pas de manière verbale notre corps lui s’exprime de manière non verbale.

Lorsque vous souhaitez faire passer un message à votre interlocuteur soyez attentif que ce que vous exprimez avec votre corps correspond à vos pensées.

Si vous dites oui verbalement et votre tête fait signe que non…

Si vous dites que vous êtes content de voir la personne et que vous avez une posture austère….

Et si vous souhaitez rester neutre lors d’un conflit qui se déroule dans la même pièce que vous assurez vous que votre comportement tout comme vos paroles restent neutres.

Retour au sommaire

Toutes les ressources sont en nous

Avez-vous déjà entendu « je ne savais pas qu’il avait toutes ses ressources en lui » ou vous êtes-vous déjà dit « je ne pensais pas être capable de le faire » ?

Beaucoup de personnes se limitent elles-mêmes avec des croyances sur ce qu’elles sont capables de faire ou pas.

Et sont souvent surprises quand elles font quelque que chose qu’elles ne pensaient pas être possible.

De notre naissance à aujourd’hui nous avons emmagasiné de nombreuses ressources.

Les ressources sont nos apprentissages, compétences, connaissance etc.

Elles sont toutes en nous, il faut seulement y accéder au moment voulu.

Pour accéder à certaines ressources un des outils de la PNL est l’ancrage.

Par exemple : Vous avez des difficultés à parler en public.

On va identifier les ressources nécessaires pour être à l’aise en public. « Motivation, confiance en soi, calme, sécurité, s’exprimer clairement » c’est propre à chacun.

Ensuite on va chercher dans votre passé les situations/souvenirs où vous avez eu chacune des ressources ou de la ressource.

On va faire un ancrage. « C’est l’histoire de la madeleine de Proust » ou « cette chanson particulière qui vous fait revivre un souvenir du passé comme si vous y étiez ».

On lie la ou les ressources identifiée(s) à un ancrage kinesthésique (ex : fermer le poing) visuel (ex : un bijou), auditif (ex : une mélodie, un mot)

Une fois ancré vous n’avez plus qu’à activer l’ancre quand vous devez parler en public pour ressentir les ressources qui vous permettront de vous exprimer en public sans difficulté.

Retour au sommaire

Le niveau inconscient est le plus important

« Quand vous conduisez et que vous vous dites je suis déjà arrivé ou vous dites qu’est-ce que je fais là » A votre avis qui conduisait ?

Avez-vous déjà essayé de respirer consciemment ?

Linconscient est celui qui vous permet toutes ses choses que l’on fait de manière automatique mais c’est également un réservoir de ressources (Erickson).

Quand vous dites que tout va bien alors que vous transpirez, avez des douleurs ou tout autre symptôme physique.

C’est votre inconscient qui s’exprime.

Quand vous prenez du poids alors que vous mangez équilibré et que vous faites une activité physique.

C’est également votre inconscient sauf problème médical.

Quand vous dites que vous avez fait le deuil d’une personne et que le simple fait d’évoquer son prénom vous êtes submergé…

Qu’importe ce que vous exprimez verbalement ce qui est important c’est votre non verbal.

C’est votre inconscient qui contrôle…

La thérapie brève et l’hypnose ont des outils efficaces et rapides pour communiquer avec votre inconscient et vous libérez de comportements, émotions, troubles du sommeil, peur, etc. qui vous empêchent d’atteindre vos objectifs.

Retour au sommaire

La signification du message est donnée par la réaction qu’il suscite

N’avez-vous jamais fait l’expérience de dire ou faire quelque chose que vous pensiez anodin ou sans importance et d’obtenir une réponse inattendue que vous jugez probablement hors de proportion ?

Ceci s’explique ainsi : le message que nous avons l’intention de communiquer n’est pas toujours celui que les autres reçoivent.

Il y a deux raisons à cela :


Lorsque vous voulez communiquer avec une personne le message passe à travers les filtres (que nous avons vus dans le présupposé « la carte n’est pas le territoire » ) de la personne qui reçoit votre message.

Votre message peut ne pas être aussi clair que vous pensez.

Exemple : vous félicitez un proche mais vous le faite de manière brusque ou désinvolte, il peut le prendre/l’interprété comme un message faux et y répondre en conséquence.

Rappelez-le-vous le non verbal est le plus important.

Présupposé : « On ne peut pas ne pas communiquer ».

Nous sommes responsables de notre communication, ce qui signifie que nous ne pouvons pas blâmer les autres de ne pas écouter ou de mal réagir.

Si vous voyez ou entendez que la personne à mal compris/mal interprété votre message.

Reformulez le en prêtant attention que votre corps, votre intonation et vos paroles véhiculent le même message.

Utiliser d’autres mots, même une métaphore ou en écrivant/dessinant certains comprennent mieux en voyant, d’autre en ressentant les choses.

Retour au sommaire

Le corps et l’esprit font partie du même système cybernétique

Vous êtes-t-il arrivé faire une présentation importante, et de sentir vos muscles tendus, votre respiration oppressée et des émotions qui surgissent ?

La vie (votre environnement), l’esprit et le corps forment un seul système chacun influençant directement l’autre.

Si vous pensez à quelque chose de négatif votre corps va réagir : peur angoisse, stress…

Les gens s’influencent inévitablement par leurs actions respectives et réciproquement.

Si vous rentrez chez vous stressé, énervé votre entourage va le ressentir et peu se mettre en mode défensif.

Et les enfants dans tout ça, les enfants nous modélisent.

Ils reproduisent nos comportements car nous sommes leurs modèles et en même temps ils ressentent nos émotions fortement comme des éponges.

Vous êtes stressés, ils sont stressés…

Si vous devez faire quelque chose que vous redoutez, passer un entretien, parler en public….

Au lieu de vous faire une image négative de ce qui va se passer.

Ou de vous dire que ça va mal se passer.

Créez/imaginez une image/scène agréable de ce qui va se passer.

Dites-vous avec une voix enjouée que ça va bien se passer.

Votre corps se détendra, vous irez détendu ce qui influencera votre ou vos interlocuteurs.

Notre cerveau ne fait pas de différence entre un souvenir vécu et un souvenir créé.

Plus vous imaginerez des situations futures catastrophiques plus votre corps sera stressé, fatigué voire pire en termes de symptômes psychosomatique. Et sans oublier l’impact sur votre entourage.

Retour au sommaire

Il n’y a pas d’échec, il n’y a que du retour d’information = feedback

Quand un bébé apprend des choses nouvelles, par exemple se déplacer à quatre pattes, se tenir debout ou marcher, il ne connaît pas le sentiment d’échec.

Il essaie et, si ça ne marche pas, il essaie à nouveau, répétant le processus jusqu’à ce qu’il arrive à ce qu’il veut.

Lorsqu’un bébé se met pour la première fois debout et qu’il tombe, s’il estimait qu’il a définitivement échoué, personne ne saurait marcher !

Le bébé obtient des retours d’information sur ce qu’il faut faire et ne pas faire, et il apprend ainsi à marcher.

Une fois adulte, certaines personnes deviennent moins désireuses de prendre des risques, probablement la peur de se retrouver en situation d’échec, de sortir de sa zone de confort.

Souvent quand on entreprend quelque chose on veut que cela fonctionne immédiatement et si ce n’est pas le cas on prend ça pour un échec, que ce n’est pas possible, qu’on n’est pas capable etc.

Alors que chaque erreur est une source d’apprentissage.

Éliminer ce qui ne marche pas peut-être une manière efficace de trouver ce qui marche.

Exemple: Thomas Edison a utilisé cette approche quand il était à la recherche du bon matériau pour faire fonctionner son ampoule électrique.

Plutôt de considérer chaque essai qui ne marchait pas comme un échec, il le voyait comme un succès qui diminuait le nombre des solutions possibles.

Ce présupposé est un des plus libérateurs parce qu’une fois que vous l’avez adopté, vous pouvez essayer toutes sortes de choses sans crainte.

Plus vous avez d’échec et plus vous apprenez, donc une des stratégies pour apprendre est d’échouer souvent !

« Bon nombre de personne croient qu’ils ont échoué lorsqu’ils n’obtiennent pas les résultats qu’ils escomptaient, au lieu de profiter de l’occasion pour réagir de façon créatrice »

John Grinder

Et:

« Toute réponse est une bonne réponse lorsque vous vous en servez à l’étape suivante du procédé »

John Grinder

Retour au sommaire

Si ce que vous faites ne marche pas, essayez autre chose

Si vous mettez une clef dans une serrure et que la porte ne s’ouvre pas, que faites-vous ?

Forcer la même clef dans la même serrure, encore et encore ?

Curieusement, c’est ce que font la plupart des gens dans certains domaines de leur vie.

Comme une mouche qui se heurte à la même fenêtre pour sortir alors qu’il y a une ouverture juste à côté.

Si vous faites toujours la même chose que ce que vous avez déjà fait sans succès vous aurez beau encore essayer le résultat sera toujours négatif.

« J’ai toujours pensé que si quelque chose ne marchait pas, c’est peut être une indication qu’il fallait faire autre chose! Si vous savez que quelque chose ne marche pas dans un cas précis, n’importe quoi d’autre aura de meilleure chance de réussir que de persister avec cette même chose « 

Richard Bandler

Quand vous faites quelque chose qui ne fonctionne pas essayez autrement.

Prenez des risques ou sortez de votre zone de confiance pour faire les choses d’une autre manière jusqu’à atteindre votre objectif ou un nouvel objectif.

Car parfois quand on arrive pas à atteindre quelque chose c’est peut-être qu’une partie de vous (inconsciente) ne le souhaite pas…

Retour au sommaire

liberez-vous

Témoignages en Programation Neuro-Linguistique

Fatma- Témoignage
21 février 2017

« J’ai rencontré Stéphanie pendant l’une des formations, et elle m’a complètement bluffée par une réactivité hors-pair ! J’étais dans une situation émotionnelle délicate et elle est arrivée en 10 mn à me conduire dans une autre très apaisante et ressourçante, que j’utilise à chaque fois où je rencontre un grand stress! … »

Facebook

D’autres témoignage sur ma page AVIS

Retour au sommaire

Et vous RDV maintenant ou prochainement ?

Pour toutes questions et prise de rendez-vous n’hésitez pas à me joindre par

téléphone 0783205556 ou par mail [email protected]

Logo Stephanie Guerriero

Stéphanie Guerriero – Thérapie Brève & Hypnose – Avignon 84